Non classé

Seloger veut se frotter à Airbnb

Le groupe rachète Amivac pour se renforcer sur la location saisonnière.

 

SeLoger poursuit son offensive dans la location saisonnière. Le groupe, qui réalise plus de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires, a mis la main sur le site Amivac.com, un des derniers sites indépendants du secteur en France, créé en 2002 à Chambéry.

Avec ce rachat, SeLoger vient enrichir son offre de 200 000 locations de vacances de près de 30 000 annonces exclusives. «En tant que challenger sur le marché de la location saisonnière, SeLoger procède à des acquisitions pour accélérer sa croissance et devenir plus vite un acteur significatif», explique Laurence Bégonin Maury, responsable du développement corporate de SeLoger.com. Amivac.com est la troisième opération du groupe en trois ans dans ce secteur. Après avoir créé un site dédié à la location saisonnière en 2009 (SeLogerVacances), il a acheté a-Gites.com (2011) puis Vacances.com l’année suivante.

SeLoger, plus connu pour son activité d’immobilier résidentiel, s’est lancé dans la diversification depuis près de dix ans. Celle-ci consiste à aller chercher la croissance sur des marchés de niche ou connexes à celui de la résidence principale, moins dynamique. «Nous voulons aujourd’hui apporter des services supplémentaires aux agents immobiliers et aux internautes sur des marchés comme celui des bureaux, du luxe ou de la location saisonnière», martèle Laurence Bégonin Maury, dont le groupe a été racheté il y a quatre ans plus de 600 millions d’euros par l’allemand Axel Springer. SeLoger.com, qui possède depuis 2008 une activité de bureaux et de commerces à travers son site Agorabiz.com, a également racheté Bellesdemeures.com puis l’an passé Webimm.com, l’un des leaders en immobilier de bureaux et de locaux d’entreprise (11 000 annonces).

HomeAway, leader du secteur en France

Le marché français de la location saisonnière est dominé par le groupe américain HomeAway, l’un des leaders mondiaux du secteur, propriétaire des sites Abritel et Homelidays. Mais il évolue avec l’irruption de nouveaux types d’offres. L’arrivée d’Airbnb a modifié la donne, même si le site américain offre encore surtout des locations urbaines et de courte durée, principalement dans des résidences principales.

Airbnb élargit néanmoins le marché aux internautes étrangers. Une clientèle que SeLoger lorgne avec impatience: dès 2016, il sera possible de réserver et payer en ligne sur les sites du groupe, comme sur Airbnb et depuis peu HomeAway. «Cela nous permettra de répondre à l’attente de nombreux internautes étrangers qui préfèrent cette option à celle d’un virement», souligne Laurence Bégonin Maury. Moins de 15 % de la clientèle saisonnière de SeLoger est aujourd’hui étrangère. Autant de synergies d’audience en perspective entre SeLoger.com et sa maison mère, qui a acquis fin 2014 une participation majoritaire dans @leisure, un des leaders de la location de vacances.

 

Source: Le Fiagro – Keren Lentschner

A propos de l'auteur

Posts similaires