France, Immobilier d'entreprise, Investissement

Investissement: un premier trimestre dynamique

L’investissement en immobilier d’entreprise pour le premier trimestre 2018 est sur une belle dynamique avec un peu plus de 4 milliards d’euros investis en France, les volumes sont supérieurs de 14 % à ceux de la même époque l’an passé et de 39 % par rapport à la moyenne de chaque premier trimestre depuis dix ans .

 

Douze transactions supérieures à 100 millions d’euros ont été recensées au premier trimestre 2018 (contre huit seulement au premier trimestre 2017), pour un volume de près de 2,2 milliards d’euros, représentant 55 % de l’ensemble des montants engagés en France. « Ces grandes opérations ont, logiquement, quasiment toutes été réalisées en Ile-de-France ».

Un premier trimestre très parisien en bureaux

« 3,1 milliards d’euros ont été investis, soit 78 % de l’ensemble des montants engagés dans l’Hexagone. La hausse des volumes est de 18 % par rapport au premier trimestre 2017, qui n’avait enregistré que sept opérations de bureaux supérieures à 100 millions d’euros, contre dix depuis le début de 2018. Si quelques transactions significatives ont été recensées en régions (« Docksite », à Lyon ; « Le Corail », à Marseille), l’activité s’est, comme de coutume, principalement concentrée en région parisienne ».

Le marché des commerces représente 14 % des montants engagés

« 564 millions d’euros ont été investis en commerces en France depuis le début de 2018, soit un niveau quasi équivalent à celui du 1er trimestre 2017 » annonce Antoine Grignon, directeur du département commerces chez Knight Frank France. Un marché qui représente 14 % des montants engagés en immobilier d’entreprise au premier trimestre 2018, en très légère baisse par rapport aux 15 % enregistrés sur l’ensemble de 2017.

Typologie d’investisseurs : bis repetita

Les investisseurs français ne représentent « que » 55 % des montants engagés depuis le début de l’année, contre 69 % sur l’ensemble de 2017. « Leur recul est à relativiser puisqu’ils restent majoritaires. L’année 2017 avait, en outre, commencé sur les mêmes bases, quelques opérations significatives gonflant la part des investisseurs étrangers avant que la tendance ne s’inverse au fil des mois ».

Une légère hausse des taux

« Avec une fourchette maintenue, depuis la mi-2016, entre 3 et 3,25 %, le taux « prime » des bureaux du quartier central des affaires reste à son point bas historique. La compression se poursuit dans d’autres quartiers de la Capitale, les acquisitions de « Coeur Marais » et d’ »Euro Alsace » ayant notamment acté de nouvelles références de taux. Si la tendance est à la stabilité dans la plupart des autres pôles tertiaires d’Ile-de-France, les cessions à venir d’actifs unitaires de grande envergure pourraient, toutefois, faire ressortir une légère hausse des taux »…

A propos de l'auteur

Posts similaires